jeudi 1 décembre 2011

Intentions de décembre

Message pour Noël 2011

Ce matin, quelques flocons ont blanchi partiellement l’environnement. Aurons-nous de plus en plus souvent des Noëls sans neige? Chère belle planète qui se réchauffe et on ne peut plus en douter... Les signes sont rarement compréhensibles pour nous tant qu’ils ne deviennent pas des évidences! Les temps forts que constituent les grandes Fêtes demeurent très importants : ils nous permettent de faire le point, de mesurer les pas accomplis, de renouer les liens du cœur avec nos proches. Malgré le matérialisme qui biaise la donne, il se glissera toujours quelque souvenir d’enfance, quelque nostalgie d’unité, quelque mouvement de compassion inattendue, pour faire vibrer l’âme. Je nous souhaite que cette fête de Noël ne devienne jamais complètement vide de sens. Quand les liens se démunissent de leur sens s’éveille le chaos, ce signe de nos temps. Serions-nous en train de perdre le sens de l’essence? La connaissance et la pensée, apanages d’une humanité moderne que fléchit les ténèbres, n’ont pu être acquis qu’aux dépens d’un autre aspect de la vie, tellement plus intuitif. J’ai pourtant espoir que nous commençons enfin à retrouver la capacité de comprendre la vie qui nous entoure, de frémir devant la nature qui nous parle, de retrouver un sens de la Fête imbue de chaleur et de sentiment, permettant de régénérer les forces vitales. Ce que je nous souhaite, alors que la misère actuelle est si grande qu’il ne suffit plus de perpétuer les coutumes de Noël pour l’atténuer? L’opportunité choisie de se retirer en soi-même ne fût-ce qu’un court instant, pour faire place, en notre temple, à suffisamment de lumière claire pour embrasser le monde entier, engendrant une intarissable confiance en l’avenir... Ce que je nous souhaite? De retrouver l’intime espérance qui, dans des temps anciens, a conduit les mages à la plus haute sagesse et les bergers à la plus amoureuse vision, perçant les secrets insondables de l’espace et du temps pour trouver l’enfant Christ. Joyeux Noël! 
Avec tendresse, Danièle


Couronne de l'Avent

Décembre 2011


Ça m’a pris un peu plus de temps que prévu pour revenir sur mon blogue vous partager ce qui m’habite. Ce n’est pas que l’opération se soit mal passée. Pas du tout. Je vais bien. Dans quelques mois, nous pourrons évaluer les résultats de l’intervention sur le potentiel d’audition de cette oreille. Les trous, pour leur part, ont été colmatés. Merci de vos nombreux courriels d’encouragement. J’ai beaucoup écrit ces derniers temps : articles, courriels, préparation du prochain Dynamot de l’Association de Biodynamie, etc. Et il a fait si souvent doux en novembre. Je ne me souviens pas de telles conditions par le passé. À part quelques journées de gros gel, la terre est demeurée tendre et meuble, les gazons verts et les manteaux d’hiver sur leurs crochets.

Premier décembre aujourd’hui. Comme la Terre, ma mère, je pénètre en moi-même, en toute intimité. Le début de décembre signale le début de l’Avent. En fait, ce sera le deuxième dimanche de l’Avent dans quelques jours. J’adore la conscience de préparation qui caractérise cette période de l’année. On s’y habille le cœur. J’ai assemblé ma couronne de l’Avent, bien en évidence sur la table. Nos ancêtres du nord de l'Europe, qui craignaient de voir le soleil disparaître pour toujours, habillaient leur logis au coeur de l'hiver de couronnes composées de feuillages verts. Au centre de la couronne, j’ai installé une longue chandelle des 25 jours avant Noël. Je l’allumerai tous les matins, avant le lever du jour, en invitant la lumière avec ferveur. La lumière non seulement chasse l'obscurité, mais aussi représente l'espérance et la lutte contre le mal et l’ignorance. Il s’agit d’y croire, n’est-ce pas? Y croire : voilà une œuvre véritablement pionnière, un outil d’éveil rassembleur. Et pourquoi ne pas garder son cœur d’enfant? « L'enfance, c'est de croire qu'avec le sapin de Noël et trois flocons de neige, toute la terre est changée. » (
André Laurendeau, Extrait des Voyages au pays de l'enfance)

Je vis tellement au présent, ces dernières années, que demain, c’est demain, et c’est une autre vie. « Quand nous arrivons là où nous pensons que nous devrions être, nous réalisons que nous y étions tout le temps. « (Roger McGavin) L’Avent me préparera le cœur en vue des Nuits Saintes, mais il est encore loin. Le jardin durcira sa carapace et l’élément minéral redevient dominant. Les dernières feuilles s’accrochent encore aux peupliers de Lombardie et les semences de clématites s’exposent dans le vent, comme autant de fanfreluches sur une corde raide, rosissant au soleil levant.

J’aime regarder le jardin dans son étape de dénuement, en simple paysanne garante de la biodiversité, heureuse des semences récoltées, des racines nourries, du compost étalé sur le grand potager et de la fertilité assurée pour la saison qui vient. La neige ne contribue pas encore à parer de lumière les parcelles en culture, mais déjà leurs secrets sont voilés.
C’est le moment de semer l’espoir de ce qui vient, puis de confier cet espoir à la terre qui, se recueillant et refaisant ses énergies, se prépare à accueillir nos visions et à assembler les matériaux de nos intentions.

Malgré la technologie, un peu à cause d’elle peut-être, tellement d’humains souffrent de solitude profonde, n’arrivant plus à communier avec la Vie. Les derniers mois de l’année sont ceux où les dépressions et les suicides des abîmés de la vie se multiplient le plus. Savez-vous que le suicide est la première cause de décès chez les hommes de 15 à 45 ans… Où sont passées ces réjouissances enfilées sur les mois où l’obscurité s’intensifie, pour nous aider à maintenir le sens de la communauté et de la solidarité. Pas étonnant qu’on affiche Noël bien avant son heure et que plusieurs additionnent les visites dans les grands magasins, à la recherche d’une petite chaleur d’amour à offrir ou à se payer… Une petite chaleur humaine… Une petite étincelle divine…Toute la communauté humaine en est assoiffée, en ces temps globalement si décadents. Nous avons profondément besoin les uns des autres. « Il n’est de guérison que si dans le miroir de l’âme humaine, se forme toute la communauté et si, dans la communauté, vit la force de chaque âme. » (Rudolf Steiner)

En ce matin tout neuf, je prends des résolutions bien avant la Nouvelle année. Tout en sirotant une de mes bonnes tisanes, je me propose d’écouter chaque jour de la belle musique, de lire des livres inspirants, d’en écouter aussi (J’adore les livres audio, qui me permettent de lire tout en conduisant, en nettoyant des semences, en classant les photos prises cet été, en coupant des légumes du potager ou en vaquant à des activités ménagères). Je me rallie à Albert Schweitzer, ce sage agissant qui a inspiré ma jeunesse. Il écrivait : «Il y a deux moyens d’oublier les tracas de la vie : la musique et les chats.»
 (Albert Schweitzer) Et je suis consciente du fait que les plantes et les animaux m’apprennent à vivre. Comme les plantes de mon jardin, je me sens poussée et tirée et je vais de l’avant.

Cet hiver, je souhaite réinventer ma vie, rien de moins.  Je me coucherai avant d’être épuisée et attendrai un peu avant de me lever le matin, pour bien profiter de ces moments favorables entre tous, ces instants d’intimité avec l’ange, mon ange, ce secours venu d’ailleurs. Je pratiquerai le regard profond. Je me permettrai aussi de rêver, même en plein jour, en regardant les flocons se déposer ou virevolter.  Où se situe mon ambition réelle? Qu’est-ce que je veux vraiment, profondément? J’éveillerai de l’intérieur le lien conscient avec la Vie et je mettrai ma volonté au service de ce canal à forer pour qu’il éclaire toute l’existence. Pour que le lien devienne aussi précieux, aussi réel que le quotidien, qu’il donne un sens à ma vie, qu’il l’illumine de la vraie Vie. Je n’attendrai rien, pas même l’illumination. Je n’y crois plus pour moi. C’est une notion qui dépasse l’ego. « Lorsque survient l’illumination, il n’est personne pour être illuminé. L’illumination est l’évanouissement de celui qui était en quête. » (Wayne Liquorman)

Et au cas où je n’écrierais pas avant la Noël,
l’illumination, c’est à l’humanité tout entière que je la souhaite.
Rien de moins.
C’est le vrai cadeau de Noël!
Que naisse le Divin dans le cœur universel!
Intimité et communauté à Noël et toute l’année!


Puissions-nous ressentir l’élan créateur,
nous éveiller à la beauté cachée,
renouer avec le subtil,
voir au-delà du visible en nous et autour de nous.



Vous pouvez m’envoyer vos courriels à danielelaberge@hotmail.com

Si vous voulez être informés lorsque je mets des nouveaux textes ou change des éléments du blogue, laissez-le moi savoir soit par un commentaire, en devenant membre du blogue ou par un courriel et vous ferez partie de la liste pour ces envois. 
  


  

3 commentaires:

Diane daosut a dit...

Merci pour ce beau partage. Bonne Année 2012 à vous ausi Danièle

Fée des bois a dit...

Merci Danièle.
À l'aube de la nouvelle année, je prends, non pas de résolutions, mais des décisions, pour mon mieux-être et celui de tout ce qui m'entoure.
Apprendre, expérimenter et partager est maintenant ce qui m'habite, au quotidien.

Venir ici m'apaise, m'apprends, m'inspire. Je t'en remercie du fond du coeur et te souhaite une année 2012 remplie de lumière, de douceurs, de guérisons et de parcelles de bonheurs.

guerry a dit...

merci Danièle,

je vous retrouve, enfin, après cette interruption. que de Force de Vie je retrouve dans ce blog...magnifique comme la première année de cours que j'ai reçu via herb'art...toujours vivante en moi !
merci de penser à m'envoyer les nouveaux textes à venir...
avec mon coeur,
claire