lundi 21 mai 2012

Quand pousse le mai


Les fougères se déroulent en volutes vertigineuses. Chaque année, elles impriment dans la forme le mouvement rythmique de leur nature ancestrale, impressionnant et inspirant. J’aime les visiter et passer du temps avec elles. Elles me parlent de tout ce qui, de la vie, veut se dire et s’exprimer franchement. La liberté de parole. Un sujet … brûlant en ces jours de manifestations et de nouvelle loi spéciale 78 … Elles portent fidèlement la mémoire du lointain passé de la terre, où les plantes n’avaient pas encore accès aux floraisons et à la production de fruits, mais seulement au minéral (racines) et à l’éthérique (feuilles). En cela, elles n’ont pas changé au fil du temps, malgré le fait que leur taille atteignait alors des hauteurs maintenant inimaginables. 
Bientôt, ici, elles auront achevé leur montée et étireront leurs frondes, assurant moiteur et fraicheur à la terre qui les abrite. Une course s’engage entre le muguet et les fougères. Les fougèrent veulent ombrager la terre, mais les muguets, à leurs pieds, ont besoin de lumière pour fleurir. 
Les pointes acérées des feuilles du muguet poussent toutes deux du même côté de la tige, comme pour en assurer la force de ponction, et percent allègrement leur chemin. La petite plante, grâce à son rhizome traçant appelé griffe, rame littéralement sous le sol, agrandissant constamment son territoire, ce qui n’est pas pour me déplaire. Je vois déjà apparaître de nombreuses grappes de minuscules clochettes qui se creuseront et blanchiront (ou rosiront) dans les semaines à venir. Le muguet a beau être traditionnellement la fleur du premier mai, ici, il n’atteint sa maturité florale qu’à la fin mai, pour notre plus grande joie. Quelques brins suffiront à griser l’air de nos maisons. 
Chaque jour, avec la chaleur qui s’installe enfin, les manifestations de la vie végétale m’encouragent à l’observation ponctuelle et attentive de leur évolution, si riche d’enseignements et ce malgré tout ce qu’il y aurait à faire… ailleurs. Le dernier pas du printemps est le plus rapide. Si on n’y prend garde, on aura manqué quelques numéros sensationnels du spectacle qui ne reviendra que l’an prochain. Déjà, les pissenlits et les tussilages passent du jaune éclatant au blanc duveteux de leurs sphères de graines, les petits visages colorés des pensées sauvages s’harmonisent avec les gracieuses chélidoines qui hissent leurs candélabres de semences. Les primevères colorent vivement la rocaille alors que le coucou (primula veris) dresse ses hampes florales d’un jaune primesautier un peu partout dans les plates-bandes, même sans avoir été invité à le faire. Coucou ! En voilà un qui porte bien son nom... Qui songerait à s’en plaindre. Les myosotis et l’aspérule blanche illuminent le sol, remplaçant les scilles, les chionodoxas et les derniers muscaris si parfumés. Les narcisses tardives continuent d’embaumer l’air tandis que les jonquilles fanent et que les tulipes s’ouvrent jusqu’à l’évanouissement, exposant leurs cœurs dressés et ivres de pollen.
La violette si verdoyante se couvre de fleurs sucrées d’un mauve profond qui séduisent mes papilles et mes salades. La myrhhe odorante a créé de l’ombre pour le gingembre sauvage et dresse peu à peu ses ombelles odoriférantes que l’air chaleureux se charge de faire circuler jour et nuit. Les vaillantes pulmonaires continuent de fleurir malgré la chaleur qui fane leurs feuilles faites pour le froid. L’hydraste du Canada est en fleurs, ainsi que les anémones du Canada, les monnaies du pape, les actées bleues, les sceaux de Salomon, les trollius et (bien sûr), j’en passe. Les pommiers, pommetiers et cerisiers s’éclatent sans retenue. L’angélique nourrit sa rosette géante et brillante à même la moindre ondée.
Mon petit séchoir est rempli de livèche (appelée aussi céleri vivace ou ache), cette plante grandiose dont les feuilles au goût prononcé prennent le relai du céleri dans les soupes et sauces des saisons froides. Aujourd’hui, je ferai peut-être de la teinture-mère d’ortie Elle est maintenant trop coriace pour la soupe et j’en ferai sécher pour les moments où la vigueur me manquera au cœur de l’hiver.
Hier, j’ai taillé le basilic dans la serre, afin qu’il multiplie ses tiges feuillues. Quel délice ! Toutes mes petites plantules croissent à vue d’œil. Oh ! Je suis bien loin des dizaines de milliers de plantules qui vivaient en pouponnière, choyées dans la grande serre de l’Armoire aux Herbes de jadis. Je fais dorénavant des choix limités à travers les innombrables espèces que j‘aime et ces choix varient d’année en année. Les quelques petits îlots un peu enherbés autour de ma chaumière ne me permettent plus d’inviter trop de belle visite en même temps. En plus des fines herbes, ces incontournables, je m’offre cette fois-ci des belles de nuit, des calendules blondes, des immortelles des sables, des commélines minuscules, des balsamines, des tithonias, des pois de senteur, des sauges bicolores de l’Himalaya et quelques autres. Mes plants de tomates, trapus et solides, viennent de graduer des caissettes où elles avaient vu le jour au sol bien réchauffé de mon petit abri végétal. Ils vont maintenant pouvoir se nourrir abondamment et pousser sans que leurs racines ne soient à l’étroit.
Pendant que je vous parlais amoureusement de mes amies, le soleil s’est levé. Il va faire très chaud aujourd’hui. Je vais donc me hâter d’aller me promener pour voir ce que la nuit m’a légué de merveilles à découvrir. Puis j’ouvrirai les côtés de la serre et fournirai un arrosage copieux à tout ce petit monde qui va se développer joyeusement aujourd’hui. Tout comme nous, n’est-ce pas? Bonne croissance! 


Vous pouvez m’envoyer vos courriels à danielelaberge@hotmail.com Si vous voulez être informés lorsque je mets des nouveaux textes ou change des éléments du blogue, laissez-le moi savoir soit par un commentaire sur le blogue (n'oubliez pas d'inclure votre adresse courriel dans le message.), en devenant membre du blogue ou par un courriel personnel et vous ferez partie de la liste pour ces envois. 

4 commentaires:

Anonyme a dit...

Excellent web site. Plеnty of helpful information herе.

I'm sending it to some buddies ans additionally sharing in delicious. And certainly, thank you on your sweat!

my homepage - http://hotmailcorreo.webs.com

Anonyme a dit...

It's remarkable in support of me to have a web page, which is good in favor of my know-how. thanks admin

Stop by my homepage; crearfacebook.webs.com

Anonyme a dit...

Thіs ехcellent websitе сertаinly hаѕ all the іnfοrmation I
needеԁ concerning thiѕ subjeсt and ԁiԁn't know who to ask.

Feel free to surf to my homepage Http://hotmailcorreo1.Com/

Petra Müller a dit...

Hello Daniele,

Whow, such a nice blog :-) I will read more the next days, but I think I will have the same problems as you got on my blog.
Thanks a lot - Greetings